Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de broker meteorology
  • Le blog de broker meteorology
  • : A weather analyst blog for weather long range forecasts.
  • Contact

Profil

  • broker meteorology
  • Analyste
  • Analyste

Radar précipitations

Rechercher

Temps présent : observations

observations météo

Archives

Suivi des orages




 

18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 20:19

Pyrenees_1.jpg

 

A la sortie de l'hiver, les barrages sont au plus bas, car ils ont été très sollicités et parce qu'EDF a anticipé la période de fonte des neiges afin de limiter le risque de crue.

«Avec l'hiver que l'on a eu, les barrages sont pleins. à la fonte des neiges, s'il y a un épisode pluvieux important, ça va déborder, on aura des crues importantes.» Voilà ce que l'on entend dire dans les vallées et notamment celles des Gaves. Les gens craignent de revivre les crues de l'automne dernier dont les plaies ne sont pas encore toutes pansées.

Or, la réalité est tout autre. L'hiver 2012-2013 est certes celui de tous les records pour les Pyrénées, de par sa durée et son intensité. L'enneigement reste exceptionnel pour la saison, largement excédentaire entre 1.800 m et 2.000 m et au-delà de 2.200 m Le stock de neige est deux fois supérieur à celui relevé en moyenne à la même période.

Un creux de 50 m à Cap-de-Long

Aussi, EDF Hydraulique Sud-Ouest a anticipé la fonte de printemps. Actuellement, les grands barrages pyrénéens sont au plus bas, quasiment vides. à Cap-de-Long, on relève 15 millions de mètres cubes pour une capacité totale de 68 millions de m3. «Nous avons un creux de 55 m en dessous du niveau de la retenue nominale. Le niveau de remplissage du barrage est inférieur à celui de 2012 à la même date», indique Christian Caussidery, directeur EDF du GEH Adour et Gaves. La raison ? «L'hiver a été long et froid. On a sollicité au maximum nos ouvrages hydrauliques pour répondre aux besoins en électricité lors des pics de consommation. Ensuite, par anticipation de la période de fonte, nous avons tiré plus que d'habitude sur l'outil hydraulique.»

Pour l'heure, la fonte des neiges se déroule de manière progressive. Toutefois, les experts d'EDF estiment que dans les prochaines semaines, «les débits seront soutenus dans les rivières». Mais la fonte des neiges, même importante, ne crée pas, à elle seule, des crues importantes qui sont liées avant tout à des épisodes pluvieux exceptionnels. «On ne maîtrise ni la vitesse de la fonte ni les épisodes de pluie», précise Christian Caussidery.

«Nos barrages n'ont aucune influence sur les crues. Au mieux, ils peuvent stocker de l'eau et ainsi atténuer la crue. Au moins, leur rôle est neutre. Nos ouvrages sont dimensionnés pour passer les crues mais ne sont pas faits pour être submergés. En période de crue, nous veillons à ne pas rejeter plus d'eau en aval qu'il n'en arrive en amont», indique Christian Caussidery.

Face à cette fonte lente, les débits seront soutenus dans les rivières pendant plusieurs semaines. Sur la rivière Ariège, on a actuellement un débit de 100 m3 par seconde. Au niveau de Labarre, on considère une crue quand on atteint les 400 m3 par seconde, la marge reste donc encore importante. «Sur le Vicdessos, il n’y a franchement pas de raisons qu’on puisse être en crue à part un épisode météo exceptionnel» 

Partager cet article

Repost 0
Published by broker meteorology
commenter cet article

commentaires

Impacts de foudre

Météo Paris

Météo Paris

Températures actuelles

observations météo