Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de broker meteorology
  • Le blog de broker meteorology
  • : A weather analyst blog for weather long range forecasts.
  • Contact

Profil

  • broker meteorology
  • Analyste
  • Analyste

Radar précipitations

Rechercher

Temps présent : observations

observations météo

Archives

Suivi des orages




 

20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 10:28

4635435786_cdb39b5267.jpg

 

D’après les résultats d'une étude réalisée par l’Institut Postdam pour la Recherche sur l’Impact Climatique, le changement climatique pourrait entraîner des hivers plus froids dans les régions du nord.

Vladimir Petoukhov, principal auteur de l’étude, a déclaré que la fonte de la mer de glace dans l’Arctique entraînait un réchauffement régional des couches inférieures de l’air et pourrait conduire à des anomalies dans les courants atmosphériques, provoquant un refroidissement global des continents du nord. « Ces anomalies pourraient multiplier par trois la probabilité d’hivers extrêmement froids en Europe et au nord de l’Asie » a-t-il déclaré. « Les hivers assez rudes que l’on a connus ces dernières années, comme l’année dernière ou celui de 2005/2006 n’entrent pas en conflit avec le tableau général du réchauffement climatique mais viennent plutôt le compléter ».

Vladimir Petoukhov, dont l’étude est intitulée « Un lien entre la diminution de la mer de glace Barents-Kara et les hivers extrêmement froids dans les continents du nord », a déclaré dans un communiqué qu’un réchauffement de l’air au-dessus de la Mer Barents-Kara semblait entraîner des vents d’hiver froids en Europe.

Le Groupe Intergouvernemental d’experts des Nations Unies sur l’Evolution du Climat (GIEC) a déclaré qu’une augmentation des températures mondiales entraînerait davantage d’inondations, de sécheresses, de canicules, et l’augmentation du niveau des mers.

Les chercheurs ont basé leurs suppositions sur des simulations informatiques, se concentrant sur la mer Barents-Kara au nord de la Norvège et de la Russie où une réduction importante de la glace a été observée dans l’hiver froid européen de 2005-2006. Ces surfaces de mer dépourvues de glace perdent une grande quantité de chaleur dans l’atmosphère habituellement froid et venteux. Les chercheurs ont alimenté l’ordinateur avec des données, en réduisant progressivement la couverture de la mer de glace dans l’est Arctique de 100% à 1% afin d’analyser la sensibilité relative de la circulation atmosphérique en hiver.

Les simulations des scientifiques révèlent une réponse plutôt prononcée et non linéaire des températures de l’air et des vents aux changements subis par la mer de glace.  On passe ainsi d’un réchauffement à un refroidissement puis à un réchauffement, alors que la mer de glace diminue». Une transition abrupte entre les différents régimes de circulation atmosphérique dans les régions polaires et sous-polaires est très probable.

D’autres approches de la question des vents d’hiver et du réchauffement climatique faisant référence à l’activité réduite du soleil ou plus récemment au gulf stream « ont tendance à en exagérer les effets ». La corrélation entre ces phénomènes et les hivers froids est relativement faible, comparée aux nouvelles découvertes faisant référence aux processus dans la Mer Barents-Kara.

Pendant l’hiver très froid de 2005-2006, avec des températures 10°C inférieures à la normale en Sibérie, aucune anomalie dans l’oscillation nord-Atlantique n’avait été enregistrée. L'indice ONA mesure la différence de pression atmosphérique entre l'Anticyclone des Açores et la dépression d'Islande. Ce phénomène est souvent associé aux anomalies de températures en Europe.

 

Source: ’Institut Postdam pour la Recherche sur l’Impact Climatique

Partager cet article

Repost 0
Published by broker meteorology
commenter cet article

commentaires

Impacts de foudre

Météo Paris

Météo Paris

Températures actuelles

observations météo