Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de broker meteorology
  • Le blog de broker meteorology
  • : A weather analyst blog for weather long range forecasts.
  • Contact

Profil

  • broker meteorology
  • Analyste
  • Analyste

Radar précipitations

Rechercher

Temps présent : observations

observations météo

Archives

Suivi des orages




 

7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 21:57

energies-renouvelables.jpg

 

 

Investir sur un secteur qui vient de connaître une sérieuse déroute sur les marchés européens et américains ?

Vous doutez ? Vous avez raison : le marché du solaire ressemble de plus en plus à une morne plaine. Mais il y a autre chose... Tout n'est pas noir. Suivez-moi.


Chute des profits et faillites


Avec l'arrêt du financement de l'achat d'électricité solaire, dans un nombre grandissant de pays européens, les perspectives de profits se sont considérablement assombries ces derniers mois.

Côté Etats-Unis, le début d'année a vu une série de faillites retentissantes qui ont effrayé les marchés et bloqué les investissements.

Pourtant l'horizon du solaire n'est pas si sombre.

Aujourd'hui, nous payons notre aveuglement devant le mirage d'une énergie supposément propre et disponible immédiatement. Ajoutez à ça les risques de credit crunch que la communauté des investisseurs anticipent cette année, et vous comprenez pourquoi les valeurs du solaires chutent depuis mai.

Oui, le solaire doit encore se développer pour devenir compétitif en Europe et aux Etats-Unis. Et les quelques valeurs qui l'ont compris décolleront dans les années à venir.


L'arrêt des subventions en Europe signe la fin du solaire de "papa"
En Allemagne, en Italie, et bien sûr en France, les gouvernements ont décidé de raboter les aides au solaire. Le "rabotage" a pris plusieurs formes, de la réduction de l'aide à l'installation à la baisse des tarifs de rachats, en passant par l'arrêt des aides aux producteurs de panneaux photovoltaïques.

Ces décisions ont sinistré en un temps record le marché du solaire.

Pourtant, force est de constater qu'il était devenu inutile de financer une énergie peu productive et intermittente. Aucune ferme solaire ne serait capable aujourd'hui de remplacer à un coût abordable l'arrêt d'une seule centrale allemande.


Le solaire américain concurrencé violemment par les Chinois
Aux Etats-Unis, les aides du gouvernement n'auront même pas réussi à sauver les meubles. Exemple typique, la firme Solyndra a reçu depuis des années toutes les attentions de l'Etat.

Mais malgré l'attribution d'un prêt étatique de plus de 500 millions de dollars, et une visite de Barack Obama, la firme s'est déclarée en faillite cette année.

Elle imitait en ça nombre d'autres firmes qui étaient considérées comme les pépites de demain par tout une partie des investisseurs.

Ainsi Solargreen, ou encore SpectraWatt, se sont à leur tour déclarées en faillite récemment.

Une véritable hécatombe... sur un marché rentable !
L'explication donnée était chaque fois la même : il est impossible de concurrencer les coûts de fabrication chinois.

Sous la pression de la concurrence des constructeurs chinois, les coûts moyens des panneaux photovoltaïques aux Etats-Unis ont baissé de 30% en 2011. Cette baisse a pris à la gorge des sociétés comme Evergreen, qui ont été obligées de se déclarer en faillite et de se recentrer sur leurs quelques activités déjà externalisées en Asie.

Pourtant, la balance commerciale du solaire américain en 2010 a été excédentaire de 1,88 milliard de dollars ! Comment est-ce possible ?

 

En 2010, les exportations américaines ont surpassé les importations dans le solaire. En effet, des compagnies ont réussi à préserver des activités aux Etats-Unis, tout en profitant des coûts de construction extrêmement faibles en Asie.

Ainsi une firme comme First Solar a réussi à obtenir une garantie de prêt de 5,3 milliards de dollars de la part du DoE, le département de l'Energie américain. Le prêt doit permettre la construction de 4 nouvelles fermes solaires aux Etats-Unis, dans l'Ohio. Parallèlement, la firme profite également de faibles coûts de construction en poursuivant ses activités en Malaisie.

Mais au-delà d'une bonne stratégie industrielle, les compagnies bénéficiaires cette année ont progressé également grâce à la qualité de leurs produits. On avait tendance à l'oublier, les Etats-Unis restent le pays de l'innovation.


La R&D, la ressource cachée des Etats-Unis
Dans le grand secteur du solaire, deux petits secteurs tirent leur épingle du jeu et ont été particulièrement excédentaires en 2010. Il s'agit des sociétés exportatrices d'équipements solaires et les producteurs de polysilicone.

Les Etats-Unis ont donc réussi à garder un avantage sur quelques segments du solaire.

1 - En ce qui concerne les producteurs d'équipements, ils ont exporté 2,55 milliards de dollars, contre des importations de 428 millions de dollars.

2 - Surtout, les Etats-Unis ont exporté pour 2,52 milliards de dollars en polysilicone en 2010. Le polysilicone, ce sont de petits cristaux de silicone, essentiels dans la construction des cellules photovoltaïques. Sans polysilicone, point de panneaux photovoltaïques.

Or deux faits jouent en faveur des Etats-Unis :
- une pénurie endémique sur le marché des polysilicones ;
- et une forte présence des producteurs américains sur ce marché.

Grâce à un faible coût de l'énergie hydroélectrique, les producteurs américains ont pu proposer des produits à bas coût, et profiter de leur avance technologique pour devenir exportateurs nets vers le marché chinois.


Pourquoi garder un oeil sur le solaire ?
Un conseil : ne vous détournez pas trop rapidement du solaire.

Certes, les gouvernements des pays développés ont fait un constat simple : l'énergie solaire coûte encore trop cher comparée à ce qu'elle rapporte. On estime à deux ans le temps pour un panneau solaire de produire autant d'énergie qu'il en a consommé lors de sa construction.

Investir dans le solaire est donc encore inutile et coûteux... pour l'instant. Les foules pro-environnementales tressent aujourd'hui des lauriers aux constructeurs d'éoliennes offshores, la nouvelle énergie à la mode. Mais comme toutes les foules, celle-ci est versatile, et pourrait très vite revenir vers le solaire.

Pourquoi ?

  • D'abord parce qu'aucune énergie renouvelable ne peut être écartée à l'heure actuelle, au risque de tirer un trait sur ce qui sera peut-être une bonne partie de l'énergie de demain.

  • D'autre part, nos gouvernements ne peuvent pas laisser la Chine devenir le seul et unique producteur de panneaux photovoltaïques au monde. Cette nouvelle dépendance serait vécue comme un échec alors que nous luttons pour nous sortir de notre dépendance au pétrole.

  • Enfin, lorsque les Etats-Unis auront suffisamment développé leurs technologies, ils pourraient alors recommencer à gagner des parts de marché dans le solaire.


Si Pékin mène actuellement la danse, l'empire du Milieu sait qu'il a encore un lourd déficit au niveau technologie. Ce n'est pas pour rien que les Chinois guettent à présent des constructeurs américains à la pointe de la R&D sur le solaire, comme Applied Materials.


Sur qui garder un oeil ?
Le secteur du solaire est en creux de vague. Après la remise des compteurs à zéro avec la faillite de nombreux acteurs cette année, on y verra désormais plus clair.

Une chose est sûre, les constructeurs chinois semblent promis à un grand avenir, à en croire l'engouement autour de ces valeurs. Signe de cette confiance, l'introduction sur la bourse de Shanghai de la firme solaire Jingyuntong Technology devrait rapporter ce mois-ci trois fois le montant initialement annoncé, du fait de la forte demande.

Mais côté américains, les opportunités sont assez nombreuses également. Après un second semestre 2011 rouge sang, certaines opportunités devraient émerger. Affaire à suivre de près, donc.

Et n'oubliez pas : c'est l'atout technologique qui fera la différence. Quant aux compagnies comme First Solar ou JA Solar, elles apparaissent survendues actuellement. Au prix où sont leur action, ces valeurs méritent qu'on s'y intéresse.

 

SURVEILLEZ L'ARRIVEE DE VOTRE NOUVEAU COMPTEUR ELECTRIQUE !

L'application de la directive 2006/32/CE du Parlement européen, va révolutionner notre paysage électrique : 35 millions de compteurs intelligents seront installés en France d'ici 2020 !

 

Reportage réalisé avec le partenariat de " L'édito des matières premières et devises ".

Partager cet article

Repost 0
Published by broker meteorology
commenter cet article

commentaires

Impacts de foudre

Météo Paris

Météo Paris

Températures actuelles

observations météo