Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de broker meteorology
  • Le blog de broker meteorology
  • : A weather analyst blog for weather long range forecasts.
  • Contact

Profil

  • broker meteorology
  • Analyste
  • Analyste

Radar précipitations

Rechercher

Temps présent : observations

observations météo

Archives

Suivi des orages




 

31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 21:45

3984001318_f36f66fe9a.jpg

 

+29% et +26% sur juillet-août : blé et maïs se décorrèlent des marchés actions

 

Après la dégringolade du blé jusqu'à 5,81 $ le boisseau fin juin, le cours s'est envolé durant juillet-août. Une hausse de 29%, alors même que les marchés actions dévissaient...

Aujourd'hui, il cote 7,50 $ et a regagné 61,8% du terrain perdu depuis le top de février dernier à 8,88 $.

Même constat pour le maïs qui revient de 6,24 $ début juillet à 7,88 $ le boisseau. Une hausse de 26% en pleine tempête des marchés actions.

La décorrélation est totale... et bienvenue pour les investisseurs matières.

Le blé peut-il revenir vers les 8,88 $ ?
D'un point de vue purement technique, nous sommes dans une phase ascendante et le dernier top est l'objectif.

Graphique du cours du blé


Surveillez bien les 7,30 $. Si on passait franchement en dessous, ce serait mauvais signe techniquement.

Cela dit, si l'analyse technique nous permet de trouver des points d'entrée et de sortie, le moteur qui FAIT la tendance reste le fondamental (offre/demande stock)

Florent vous dit où en sont les fondamentaux du marché à ce jour, ci-dessous.

En attendant, retenez ceci
Il y a toujours un actif qui grimpe, même quand la plupart des autres actifs chutent. D'où la puissance de la diversification du portefeuille et la nécessité de raisonner global. Aussi bien en termes de marchés (immobilier, bourse, obligations, matières, devises...) qu'en termes géographiques.

 

Le blé sous haute tension

 

Irène ne touchera pas le Kansas, ni le nord du Texas, et pourtant...
Ces Etats producteurs, frappés par des inondations en début d'année, sont aujourd'hui en proie à la sécheresse qui perturbe la production américaine de blé et de maïs.

L'année aura décidémment été éprouvante pour les agriculteurs américains...

Les cours du blé et du maïs ont réagi aux caprices météo en s'orientant nettement à la hausse depuis quelques semaines, du fait de l'importance des Etats-Unis sur ces deux marchés en tant qu'exportateur.

Et une accalmie éventuelle ne sera pas apportée par l'Europe, qui se remet à peine d'un été bien trop humide après un printemps marqué par une sécheresse excessive.

Quelques éclaircies sont venues rassurer le marché, notamment en provenance de Russie. Mais les rendements du tchernoziom seront-ils suffisants pour apporter aux marchés agricoles un peu de répit ?

Rien n'est moins sur...

Dans ces conditions, la qualité des récoltes américaines va continuer d'orienter le marché. Et les perspectives ne sont pas bonnes...

Moisson américaine en cours
Il n'y a pas que le marché de l'immobilier qui déprime les Américains. L'état des récoltes agricoles américaines commencent sérieusement à inquiéter le ministère de l'Agriculture, alors même que le pays rentre dans une phase stratégique : la moisson du blé est en cours, et la récolte du maïs et du soja débute.

Suivront la préparation des semis d'hiver.

Et d'après les premières estimations des récoltes, la météo erratique de ces derniers mois a laissé des traces...

Les agriculteurs américains tombent de Charybde en Scylla
Les régions agricoles traditionnelles des Etats-Unis comme le Midwest ont effectivement enchaîné les crises météorologiques.

Au printemps, l'abondance de pluie a retardé les semis, notamment les semis de maïs. Cet été, c'est la sécheresse prolongée qui a considérablement réduit les rendements. Le maïs et le soja n'ont ainsi pas pu se développer normalement. La qualité des récoltes est dégradée.

Résultat : 20 millions de tonnes de maïs en moins aux Etats-Unis !
Les agronomes du cabinet d'études américain ProFarmer en ont tiré des conséquences dramatiques pour la récolte du maïs : 20 millions de tonnes en moins !

Je vous rappelle que les Etats-Unis sont le plus gros producteur exportateur de maïs.

En effet, après avoir fait le tour des champs du Midwest, les experts sont catégoriques, la récolte 2010/2011 devrait baisser de 20 millions de tonnes, passant de 342 à 317 millions de tonnes prévues en juillet dernier.

Ajoutant à la morosité ambiante, le traditionnel rapport de l'USDA est venu accabler encore un peu plus les investisseurs.

Qualité dégradée
Si les désordres climatiques ont réduit l'offre, ils ont également affecté la qualité des récoltes.

C'est sur ce point que l'USDA, le département de l'Agriculture américain, a voulu insister dans son dernier rapport. Selon ses analyses, 57% du maïs, 59% du soja et 62% du blé de printemps sont considérés comme "bons" à "excellents". C'est nettement en dessous des taux de l'année dernière, qui étaient à respectivement de 70% pour le maïs, 64% pour le soja et 82% pour le blé.

La Chine a de plus en plus faim
Cette dégradation des volumes et de la qualité resterait gérable si les marchés n'avaient pas vu la demande augmenter brutalement depuis quelques semaines.

Si la production d'éthanol continue de priver les marchés d'une part significative de volumes de maïs et de soja, c'est surtout la vigueur de la demande chinoise qui attise les cours.

En août, Pékin a acheté 533 000 tonnes de maïs américain en une seule commande. C'est la quantité que les Etats-Unis pensaient exporter vers ce pays sur toute l'année !

Et encore, il s'agit d'une des rares commandes sur laquelle des informations sont disponibles. La publicité faite à l'augmentation des importations alimentaires chinoises risque de raviver les craintes d'une forte inflation en Chine. Ainsi Pékin tend à cacher de plus en plus ses transactions. Le négociant en matières premières Louis Dreyfus a ainsi refusé de révéler les volumes de maïs que l'empire du milieu lui a acheté cette année.

Nous ne sommes ainsi plus à l'abri d'une hausse surprise des cours de certaines matières.

Les cours s'approchent de leurs plus hauts
Avec une offre consumée par les chaleurs du Midwest, et une demande ravivée par le consommateur chinois, il n'en fallait pas plus pour faire partir à la hausse les cours du maïs.

Le fait que certain éleveurs commencent par substituer le blé au maïs pour nourrir le bétail, afin de compenser la hausse des cours du maïs, renforce la tendance haussière du blé. Comparé au maïs, le blé dispose encore d'une marge de progression intéressante.

Les régions à blé aux Etats-Unis connaissent encore une météo difficile. Alors que la pluie arrose actuellement les régions déjà humides, l'humidité fuit les régions qui ont désespérément besoin de pluie.

La poursuite de cette météo exécrable pourrait avoir comme conséquence la perturbation des semis d'hiver !

Restez attentif aux prévisions météorologiques américaines.


Partager cet article

Repost 0
Published by broker meteorology
commenter cet article

commentaires

Impacts de foudre

Météo Paris

Météo Paris

Températures actuelles

observations météo